Film débat "Main basse sur l'énergie" jeudi 28 mars à Vénissieux

Depuis 2007, le secteur de l’énergie est entièrement ouvert à la concurrence et faute d’informations, les conséquences funestes de cette dérégulation ont du mal à percer le mur du silence médiatique. Alors, quoi de plus évident que de réaliser un documentaire sur le sujet à partir d’un feuilleton culte des années 60, Les Incorruptibles. Pour vous éclairer sur le casse du siècle, le syndicat CGT de l'Energie organise une soirée projection militante : Le jeudi 28 mars 20H salle Gérard Philippe Vénissieux (accessible par le tram T4) - 19h45 présentation de la soirée - 20h00 projection du film - 21h15 débat puis Pot fraternel Merci de pré réserver à l’adresse mail : lyon-syndicat-cgt@enedis-grdf.fr

Film débat "Un héritage empoisonné" jeudi 28 mars à l'ENS (69)

À L’École Normale Supérieure de Lyon, 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon (métro Debourg), salle D.2.034 en présence de la réalisatrice, Projection de “Un heritage empoisonné” d’Isabelle Masson-Loodts - durée 57 min Alors qu’un siècle a suffi pour faire oublier le danger, pourtant encore réel, des rebuts de 14-18 comment croire que notre mémoire permettra de maintenir la vigilance des générations futures autour des déchets nucléaires qui resteront dangereux pour plusieurs millénaires...

Marche mercredi 20 mars en solidarité avec le peuple kurde

à 19h à Bellecour "Nous célébrons [aux cotés de nos ami.e.s kurdes], le Newroz, c’est-à-dire la fête du printemps (21 mars). Cette tradition trouve sa source dans une légende séculaire de la culture kurde : le récit fondateur selon lequel Kawa, simple forgeron, aurait libéré la région du Zagros de la tyrannie du cruel roi Dihak.Depuis, Newroz est devenu un jour sacré pour les Kurdes qui le considèrent comme le Nouvel an Kurde, symbole de la révolution contre la répression et de la renaissance du peuple kurde…Newroz, c’est l’affirmation de l’espoir qui renait. Espoir au Rojava (Fédération de la Syrie du Nord) de construire un monde meilleur, une société plus juste, où l’émancipation sociale et l’égalité réelle (entre hommes et femmes, entre religions dans un cadre laïc, entre ethnies) est à l’ordre du jour. Malheureusement, la paix dans cette région est menacée par le dictateur Erdogan qui a annoncé sa volonté de détruire le Rojava par la force armée (il a déjà envahi le canton d’Afrin où il laisse ses alliés islamistes mener une véritable épuration ethnique). Nous demandons à la France et à l’Union Européenne de garantir la défense du Rojava contre l’invasion turque annoncée par Erdogan ! Espoir aussi en Turquie. Bien mince il est vrai : les élections municipales ont lieu ce 31 mars. Mais dans un climat de terreur terrible. Depuis 2016, des dizaines de milliers de journalistes, de juges, d’avocat.e.s, de syndicalistes, d’universitaires, de militant.e.s sont en prison. Une des cibles principales de cette répression est le HDP (Parti de la Liberté des Peuples), Erdogan a déclaré : « Vous n’avez pas de place dans ce pays » !!! Face à de tels propos, le silence de la France et de l’Union Européenne est, encore une fois, insupportable. Dans ce contexte de répression insensée, des dizaines d’élu.e.s kurdes, en prison, ont entamé une grève de la faim relayée par d’autres grévistes en Europe, notamment en Allemagne et plus de 80 grévistes également à Strasbourg. Notre solidarité leur est totalement acquise ! Espoir encore en Irak. La situation y est différente car il existe dans ce pays un Kurdistan autonome. Néanmoins, la situation y est préoccupante au regard des droits démocratiques. Face aux grèves et mouvements sociaux qui se développent le gouvernement autonome ne réagit que par la répression. Cette situation ne peut que susciter notre inquiétude. La démocratie doit être mise à l’ordre du jour au Kurdistan d’Irak. Espoir enfin en Iran, où l’ignoble répression du régime (les pendus se comptent hélas par dizaines) ne parvient pas à empêcher le réveil du mouvement kurde. Rien d’étonnant donc, dans ce contexte, si Erdogan et l’Iran ont annoncé leur union contre les mouvements kurdes : leur accord est complet pour étouffer la volonté des kurdes de vivre libre et en paix… C’est donc notre solidarité pleine et entière avec le peuple kurde que nous exprimons ce soir par notre présence...

Grève et manif mardi 19 mars à 11h30 à la Manufacture des tabacs

appel CGT, CNT, FO, FSU, Solidaires, UNEF au métro Sans souci jusqu’à la Préfecture (quai Augagneur – métro Guillotière) Les mobilisations des Gilets jaunes et pour le climat ont été massives, avec des dizaines de milliers de personnes mobilisées. C’est la réponse populaire à la crise profonde dans laquelle s’enfonce le capitalisme et à laquelle la mascarade du « Grand débat » et Macron ne peuvent en aucun cas être une solution. La grève du 19 mars, sans être la déferlante nécessaire pour changer les choses, ajoute un élément capital : la mobilisation du monde travail. « Fin du monde, fin du mois, même combat ! » Depuis quatre mois, le mouvement des Gilets jaunes est une révolte populaire contre un monde qui tourne à l’envers. En France, les sociétés du CAC 40 ont réalisé 91 milliards d’euros de profits en 2018... tandis que 8,8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté ! Les politiciens et les médias au service des puissants s’indigne aujourd’hui de l’incendie du Fouquet’s alors qu’ils se moquent de la casse des services publics dans les campagnes et les quartiers populaires. Voilà pourquoi ce gouvernement, coupé des réalités des classes populaires, du monde du travail, n‘a pas de réponse à offrir au mouvement des Gilets jaunes. La mobilisation des jeunes pour le climat est une réponse à un autre élément capital de la crise du système : le réchauffement climatique qui menace la survie de l’humanité. La majorité macroniste, malgré des déclarations de bonnes intentions, vient de prolonger l’utilisation de pesticides jusqu’en 2025. Et on estime que 70 % des émissions de gaz à effet de serre sont de la responsabilité de 100 entreprises seulement ! Pour sauver la planète, c’est bien le système capitaliste qu’il faut dégager ! La répression comme réponse à notre colère La soif de profits des capitalistes enfonce le monde dans la crise. Ceux-ci, et le gouvernement à leur service, ne peuvent donc...

17 mars : rassemblement de soutien au peuple syrien à 15h à Bellecour

"mars 2011 - mars 2019 : Soutien au combat du peuple syrien, Pour la libération de tous les détenus En mars 2011, alors que déferlaient les révolutions arabes, le peuple syrien se soulève pour la justice et la liberté. Une répression féroce est engagée immédiatement contre les mobilisations pacifiques. Le peuple syrien exige la chute d’Assad et du régime. Depuis mars 2011, il aura fallu plus de huit années de répression, avec une brutalité rarement égalée dans l’histoire, pour mettre en échec cette mobilisation révolutionnaire. Des centaines de milliers de morts, des centaines de milliers de détenus systématiquement torturés, des millions de déplacés, des millions d’exilés. C’est une véritable guerre qui a été conduite par la dictature Assad contre le peuple syrien, recourant à la torture systématique, aux bombardements, à l’utilisation de gaz… Ceci n’a pas permis pour autant au régime d’écraser lui-même la révolution. C’est pour éviter l’effondrement du régime que la Russie de Poutine et l’Iran sont intervenus avec leurs avions, leurs milices… Il a fallu aussi, pour sauver le régime syrien, le développement de Daesh (dont certains cadres sont issus des prisonniers libérés par le régime) et le développement de groupes religieux encouragés par différentes puissances régionales. En dépit des appels à l’aide du peuple syrien, les puissances impérialistes, États-Unis en tête, ont laissé le peuple syrien écrasé par la terreur, préférant le maintien de la dictature à la victoire révolutionnaire d’un peuple qui voulait chasser cette dictature. Et Macron affirme aussi : “il faudra parler aux représentants de Bachar al-Assad”. Bien évidemment, à partir de là, toutes les prétendues tentatives de solutions politiques, que ce soit sous l’égide de l’ONU, sous l’égide des pays arabes ou sous l’égide de Poutine ne visaient qu’à préserver le régime sous une forme ou sous une autre (sous couvert parfois d’une transition préservant l’essentiel du régime) et niant la volonté du peuple syrien d’en finir avec Bachar al-Assad et son régime. Aujourd'hui, la solidarité du mouvement ouvrier international avec le peuple syrien est plus que jamais une nécessité. L’aspiration du peuple syrien d’en finir avec la dictature, qui s’est exprimée dès le premier jour de la révolution, demeure entièrement légitime, et c'est au peuple syrien et à lui seul de décider de son avenir. Il s’agit aussi de combattre les prétentions des différents gouvernements, dont le gouvernement français, à nier le peuple syrien au nom du dialogue avec Assad. Enfin, il s’agit de combattre pour l’accueil de tous les réfugiés qui en font la demande et pour obtenir la libération de tous les emprisonnés en Syrie...

Marche de solidarité avec le peuple algérien samedi 16 mars à 14 h

au métro Guillotière à Lyon 7ème, à l'appel du "Collectif de Soutien Lyonnais au Peuple Algérien" : "Solidarité avec le peuple algérien Fidèles à la tradition de lutte de nos aînés pour l'indépendance de l'Algérie, nous, membres de la diaspora algérienne rassemblés au sein d'un « Collectif de Soutien Lyonnais au Peuple Algérien » en lutte pour la chute du système et un changement démocratique, appelons à soutenir la mobilisation massive, pacifique, mais résolue des Algériens pour dire non à Bouteflika et à son système, non à la gestion de la transition par un système honni. Nous appelons les lyonnais ainsi que les associations, partis et syndicats lyonnais à une marche de solidarité avec le peuple algérien le samedi 16 mars à 14 h 00 de la place Gabriel Péri au consulat d'Algérie à Lyon." Algérie : un premier recul du pouvoir, à transformer en victoire contre le système Le 11 mars, le président Bouteflika a renoncé à sa candidature, annulé la présidentielle d’avril 2019, promis une Conférence nationale et changé le gouvernement. C’est le résultat du formidable mouvement populaire et de la grève générale commencée dimanche. La présidence a nommé le ministre de l’Intérieur Noureddine Bedoui au poste de Premier ministre, en remplacement d’Ahmed Ouyahia, l’un des hommes politiques les plus haïs de l’ère Bouteflika. Ramatane Lamamra, un personnage qui pourrait contenter un certain milieu d’affaires, dit « démocrate », a été désigné vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Ces derniers jours, le mouvement est monté d’un cran avec le début d’une grève générale, touchant le secteur productif (hydrocarbures) et certains services publics. Un vent de contestation souffle, dénonçant la corruption, le despotisme, la dilapidation des richesses publiques et l’oligarchie prédatrice. Et bien que le refus du 5e mandat soit au centre de la contestation, les revendications évoluent : fin du système, justice sociale, dénonciation de l’oligarchie et juste répartition des richesses nationales. Bouteflika a annoncé son retrait… mais il reste président ! La présidentielle est reportée, et la promesse...

Non à la venue de l’antisémite Dieudonné à Lyon !

"Le pseudo-humoriste Dieudonné continue sa tournée avec son spectacle et sera de passage à Lyon le samedi 16 mars. Dans plusieurs lieux où il doit se produire, des mobilisations se mettent en place pour empêcher la tenue de son spectacle. Pourquoi s’opposer à Dieudonné ? Pour rappel, Dieudonné avait commencé sa carrière « politique » en s’opposant au Front National à Dreux en 1997. Son antisémitisme apparaît au grand public lors d’un « sketch » en 2003 où déguisé en « israélien » il parodie un salut nazi en cirant « Isra Heil ». Depuis, il n’a cessé de cracher sous couvert de spectacle humoristique son antisémitisme et son racisme (car il a beaucoup d’autres cibles). Il se rapprochera progressivement du FN, d’Alain Soral d’Egalité et Réconciliation et fera même monter un négationniste notoire sur scène à savoir Robert Faurisson… Depuis, il a posé sa marque de fabrique antisémite sur des gestes ou des paroles comme la « quenelle » (symbole homophobe à visée antisémite), la chanson « Shoahnanas » … Il a été plusieurs fois condamné par la justice pour injures antisémites ; pour apologie d’acte de terrorisme ; pour provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciale ou religieuse ; pour contestation de crimes contre l’humanité, pour diffamation raciale et provocation à la haine raciale et injure publique ; pour propos discriminatoires, antisémites, révisionnistes et négationnistes… ! Comment Dieudonné arrive-t-il à réserver des salles de spectacles ? La tactique de Dieudonné peut rappeler celle des néo-nazis, qui pour organiser des concerts ou des combats de free-fights, utilisent des associations « écrans » pour tromper la municipalité où ils veulent se produire et préviennent au dernier moment du lieu exact de l’évènement. Dieudonné fait de même (avec un niveau financier supérieur) et a donc créé plusieurs sociétés telles que « E Quenelle », « Les productions de la Plume », « l’esprit de la Forêt » ou encore « au point d’ô ». Il réserve donc des lieux via ces sociétés pour des ateliers théâtres, des séminaires… et prévient par texto quelques heures avant le spectacle du lieu exact où il se tiendra : comme ceci, il est impossible à la Mairie flouée d’intervenir une fois que les lieux sont occupés. La lutte contre l’antisémitisme et le racisme est l’affaire de toutes et tous ! Sous couvert de spectacles humoristiques, il s’agit de véritables meetings de propagande antisémite...

Marches pour le climat vendredi 15 et samedi 16 mars à Lyon

Le changement climatique c'est ici et maintenant… Jusqu’alors c’était une menace future (pour la fin du siècle), et éloignée (typhons, sécheresses et inondations frappaient d’autres régions du monde, surtout au Sud) … L’été 2018 la vague de chaleur et les pics de pollution, les orages dévastateurs et les inondations ont touché la France. Des températures extrêmes (plus de 50 °C) ont été enregistrées au Koweït, au Sud de l’Algérie, en Californie et en Argentine. La Grèce, le Portugal, la Californie mais aussi la Suède et la Lettonie ont été ravagées par des incendies. Toutes ces catastrophes sont en lien avec une augmentation de la température moyenne de la Terre de 1 °C depuis le début de l’industrialisation, il y a 200 ans. L’un des pires effets du réchauffement est l’élévation du niveau des océans due en particulier à la fonte des glaces aux pôles. Or l’augmentation de la température est trois fois plus rapide que la moyenne mondiale au Groenland et en Antarctique. Dans le monde entier les coulées de boues, les inondations, les cyclones détruisent les bidonvilles ; les riches vivent dans des zones protégées. Ce sont les paysan·ne·s pauvres qui souffrent le plus des sécheresses. Ils et elles sont des dizaines de millions contraint·e·s de fuir et n’ont même pas le droit au statut de réfugié·e·s. Les gaz à effet de serre émis en brûlant du gaz, du charbon ou du pétrole, sont, avec la destruction de forêts qui absorbent ces gaz, responsables du réchauffement. Il faudrait diviser par cinq l’utilisation de ces énergies fossiles et les remplacer par des énergies renouvelables comme le soleil et le vent. Le nucléaire, dangereux et producteur de déchets pour des centaines d’années, n’est pas la solution. L’écologie n’est pas compatible avec le capitalisme Fin 2015, dans un accord signé à Paris, les gouvernements affirmaient vouloir limiter l’augmentation moyenne à 2°C ou 1,5°C. Mais l’addition de leurs engagements aboutirait tout de même à une hausse supérieure à 3 °C… s’ils sont tenus ! Et rien n’est moins sûr, car ils ne veulent pas nuire aux grands groupes capitalistes du pétrole, de l’agriculture industrielle, des transports… responsables des émissions de gaz à effet de serre. Les 15 et 16 mars, le mouvement pour le climat va franchir un nouveau seuil...

Manif à Lyon samedi 9 mars en soutien au mouvement algérien contre le régime Bouteflika

"Que Bouteflika et son système dégagent ! Jamais un mouvement de contestation n’a suscité l’admiration du monde comme celui qui se déroule depuis le 22 février dernier en Algérie. Un mouvement remarquablement pacifique, sans incident, malgré son caractère massif, porté par une jeunesse de toutes les régions du pays y compris celles du Sud réputées pour être plus paisibles rejetant non seulement le 5e mandat de Bouteflika, vécu comme une humiliation collective de trop, mais tout le régime politique et son personnel en manque de vision, passés maîtres dans l’art de gouverner dans l’opacité totale et la corruption généralisée. Tous les observateurs sont surpris par la jeunesse des manifestants, le caractère pacifique du soulèvement et l’ampleur de la mobilisation. Par ce vaste mouvement de protestation pacifique du scrutin présidentiel du 18 avril prochain, les Algériens ont administré la preuve qu’ils ne sont pas ce grand corps malade, inerte qui subirait sans réagir au diktat d’un homme, de sa famille et son clan qui ont fait main basse sur la gouvernance et les richesses du pays. La jeunesse algérienne a brisé le mur de la peur et a rejeté massivement Bouteflika V et le système en battant le pavé dans les rues et places de toutes les villes d’Algérie pour dire : – Non au 5e mandat, – Non au mépris du peuple et à la Hogra, – le système et son personnel doivent dégager, – Vive l’Algérie libre et démocratique." Tahar Khalfoune Une marche de dénonciation du 5e mandat et de soutien à la jeunesse algérienne en lutte aura lieu le samedi 9 mars de la place Gabriel Péri 69003 au Consulat d’Algérie à Lyon, 126 rue Vauban 69006 Lyon à 14h00.

Réunion publique contre la loi anticasseurs et les violences policières mercredi 13 mars

"NON A LA LOI « ANTICASSEURS » QUI « CASSE » NOS Libertés ! Les associations, syndicats, et organisations politiques ci-dessous, déclarent : Le gouvernement a décidé de reprendre à son compte la proposition de loi de Bruno Retailleau, adoptée au Sénat le 23 octobre 2018, et, en première lecture à l’Assemblée nationale le 5 février 2019, intitulé : « visant à renforcer et garantir le maintien de l’ordre public lors des manifestations » (1). Alors que la France dispose d'un arsenal législatif déjà des plus répressifs. Les signataires appellent à s’opposer fermement à cette résurgence de la loi anticasseurs de 1970, de sinistre mémoire et abrogée en 1981. Cela marquerait un changement de paradigme avec la possibilité d'une répression inspirée des dispositions de l’état d’urgence dont le passage dans le droit commun ébranle déjà l’État de droit. Ce projet écarterait toujours plus la justice au profit de pouvoirs administratifs exorbitants. Fichage des manifestants, interdiction individuelle de manifester, obligation de pointage sont autant de signes de la poursuite d’une logique de suspicion généralisée et de contrôle social avec le risque de dévoiement des procédures et d’arbitraire. Les nouvelles mesures contenues dans la proposition de loi, si elles étaient votées, porteraient gravement atteinte aux libertés publiques de toutes et tous. D'autant qu'elles interviennent dans un contexte particulier de répression . Les signataires condamnent la répression intolérable que le gouvernement mène contre les manifestations du samedi des gilets jaunes, avec des centaines de blessés graves : personnes éborgnées, mains arrachées…auxquelles nous apportons notre soutien et notre solidarité. Nous exigeons du gouvernement l'arrêt de la répression ainsi que l'interdiction de l'utilisation des grenades et des LBD, comme préconisé par le Conseil de l'Europe. Les signataires dénoncent ces restrictions au droit de manifester , ces lourdes menaces sur les libertés d’opinion et d’expression des oppositions. Les signataires demandent le retrait de la proposition de loi. Réunion PUBLIQUE MERCREDI 13 MARS DE 18H30 a 20h30 BOURSE DU TRAVAIL DE LYON (Place Guichard Lyon 3°) SALLE LOUIS VIANNET (Salle des Congrès)" Signataires : Ligue des Droits de l'Homme (LDH69), Syndicat des Avocats de France (SAF), UD-CGT du Rhône, FSU69, Siolidaires69, Collectif 21 Octobre, Planning Familial 69 (PF69), Mouvement Contre le Racisme Pour l'Amitié entre les Peuples ( MRAP 1er-4eme), Libre Pensée du Rhône, Mouvement Ensemble! 69 ( E!69), Nouveau Parti Anticapitaliste ( NPA), Parti Ouvrier Indépendant ( POI), Parti de Gauche du Rhône, France Insoumise 69 ____________________________ (1) Intitulé du projet de loi adopté par l’Assemblée Nationale en première lecture le 5 février 2019.
S'abonner à