Mobilisations

Marche en soutien aux prisonniers politiques syriens

De la place de la Comédie (Lyon 1er – métro Hôtel de Ville) à Bellecour La manifestation est organisée par l'association Alwane (aide aux enfants syriens) avec Amnesty International, CISyLD, LDH, Souria Houria, etc. “Depuis 2011, des centaines de milliers de détenus d'opinion, citoyens innocents, hommes, femmes et enfants sont victimes du régime syrien : tortures, condamnations sans jugement, disparitions forcées, liquidations, corps non restitués aux familles restées sans nouvelles depuis plusieurs années parfois.”

De la place de la Comédie (Lyon 1er – métro Hôtel de Ville)

Marche en soutien aux prisonniers politiques syriens vendredi 17 mai à 18h

De la place de la Comédie (Lyon 1er – métro Hôtel de Ville) à Bellecour La manifestation est organisée par l'association Alwane (aide aux enfants syriens) avec Amnesty International, CISyLD, LDH, Souria Houria, etc. “Depuis 2011, des centaines de milliers de détenus d'opinion, citoyens innocents, hommes, femmes et enfants sont victimes du régime syrien : tortures, condamnations sans jugement, disparitions forcées, liquidations, corps non restitués aux familles restées sans nouvelles depuis plusieurs années parfois.”

Solidarité avec les JST (Jeumont) en grève sur les salaires à Lyon 8ème

La majorité des ouvriers de JST sont en grève depuis le 2 avril. Ils réclament une augmentation générale de 37,50 € et se heurtent à un patron particulièrement intransigeant : à l'image de l'UIMM (patronat de la métallurgie), dont il est le vice-président ! Le soutien aux grévistes est bienvenu : dons sur place ou bien sur la cagnotte Leetchi ouverte par le syndicat: https://www.leetchi.com/c/solidarites-grevistes-jst-transformateurs Passer également les soutenir sur leur piquet de grève 84, avenue Paul Santy, où il sont les jours de semaine, au moins de 8 à 15h ! (métro Mermoz Pinel)

Grève et manif pour les services publics jeudi 9 mai

A Lyon, manif à l’appel de CFDT, CFTC, CGC, CGT, FO , FSU, Solidaires et UNSA à 10h à partir de Bellecour La répression, les mensonges et les manipulations n’éteindront pas la contestation ! Le 1er mai a été marqué par une profonde mobilisation, avec pour la première fois, à cette échelle, la convergence entre les militants syndicaux, du mouvement social, des partis politiques, et les Gilets jaunes, mobilisés depuis près de six mois. Qu’importe, pour ce gouvernement, tous les moyens sont bons pour tenter de faire taire celles et ceux qui le contestent. Ainsi, après avoir créé un véritable état de siège dans la capitale – le nombre de stations de métros et de tronçons de ligne fermés était spectaculaire –, après s’être livré à près de 18 000 contrôles préventifs dans les rues, les gares ou aux sorties des métros, les forces de répression ont été lâchées sur la manifestation. Au prétexte de s’en prendre aux « black blocs » , des charges policières accompagnées de gaz lacrymogène ont été lancées à de multiples reprises contre l’ensemble de la manifestation. Les cortèges syndicaux, dont ceux de la CGT et Solidaires, ont fait les frais de cette violence, obligeant même le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez à quitter momentanément la manifestation. Et comme si cela ne suffisait pas, pour salir cette mobilisation malgré tout réussie, Castaner s’est ensuite livré à des déclarations mensongères afin de présenter quelques dizaines de manifestantEs fuyant les violences policières et cherchant à s’abriter dans l’enceinte de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, comme des « black blocs » se livrant à une « attaque » de l’hôpital au mépris de la santé des patientEs… L’État devrait pourtant le savoir : quoiqu’on pense de leurs moyens d’action, ce sont bien aux symboles du capitalisme que s'attaquent les manifestantEs « black blocs » - McDo, agences bancaires ou Fouquet’s - et certainement pas aux hôpitaux ! Le NPA condamne les manipulations et les mensonges d’État d’un pouvoir qui ne sait comment sortir de la crise qui le mine depuis plusieurs mois. Nous demandons l’arrêt de toutes les poursuites et l’amnistie de tous les condamnéEs dans le cadre de ce mouvement. La grande journée de grève et de manifestation dans la fonction publique jeudi 9 mai sera une nouvelle démonstration que la répression et les mensonges ne nous feront pas taire, et que le pouvoir macroniste n’a pas d’autre choix que de répondre aux revendications sociales, démocratiques et écologiques qui s’expriment depuis plusieurs mois dans la rue. Gilets jaunes, militantEs du mouvement social, syndicaux ou politiques, touTEs ensemble le même jour et au même moment, par nos grèves et nos blocages, faisons enfin reculer Macron et les patrons !

ACTE XXV JAUNE ET VERT : manif samedi 4 mai à 14h à partir de J. Macé

À l’appel des Gilets Jaunes de Lyon centre et de Youth for climate Lyon : « ACTE XXV : UN SAMEDI JAUNE ET VERT Depuis plusieurs mois, deux mouvements nouveaux sont parvenus à faire entendre leurs voix et à remettre en question un système politique et économique qui détruit nos vies et notre avenir. D’un côté, cela fait 5 mois que les Gilets Jaunes ont engagé un rapport de force contre la politique de Macron. En se mobilisant tous les samedis dans toutes les villes depuis 24 semaines, et en étant présents sur les ronds-points depuis le 17 novembre, les Gilets Jaunes sont déterminés à ne rien lâcher, mettre en échec la politique du Gouvernement et obtenir justice. De l’autre, le mouvement pour le climat fait de plus en plus de bruit dans le monde. Des marches pour le climat aux actions de désobéissance civile contre les pollueurs qui se multiplient, des 70 000 jeunes à Bruxelles aux 15 000 à Lyon pour la grève des jeunes pour le climat le 15 mars, nous leur avons fait savoir que nous ne laisserons pas ce système nous priver de notre avenir. Jeunes pour le climat et Gilets Jaunes : nous avons des adversaires communs ! En effet, nous voyons bien que c’est : - Ce même système qui épuise la planète pour répondre aux impératifs du marché et fait des cadeaux aux plus riches (suppression de l’ISF, CICE…) en prenant toujours aux plus précaires (taxes, hausse de la CSG) au nom de la compétitivité. - Ce même Gouvernement qui casse les services publics et ne sait répondre que par la violence et la répression : éborgne et mutile les manifestants, porte gravement atteinte à la liberté de la presse et criminalise la contestation écologique. - Ces mêmes grandes entreprises qui ne payent pas leurs impôts en France, exploitent et imposent des conditions de travail toujours plus difficiles, polluent et détruisent l’environnement. Ainsi, dans nos luttes se dessine une perspective commune dont il faut se saisir maintenant ! Par conséquent, nous luttons collectivement pour : - De nouveaux outils démocratiques pour définir collectivement nos besoins, y soumettre l’économie et instaurer ensemble la justice sociale et climatique. - Une redistribution équitable des richesses pour avoir des services publics de qualité et accessibles à toutes et tous, financer la transition écologique et instaurer une société solidaire qui permet à tout le monde de participer et de vivre dignement. - La garantie d’une qualité de vie assurée pour notre génération et les générations futures. Nous ne gagnerons rien en revendiquant des choses chacun de notre côté, unissons-nous pour un acte 25 jaune et vert ! C’est ensemble qu’il faut lutter, c’est ensemble qu’on va gagner ! SAMEDI 4 MAI : 14h JEAN MACÉ MANIFESTATION COMMUNE »

Manif mercredi 1er mai à 10h30 place J Macé à Lyon 7ème

Dans la manif, rejoignez-nous dans le cortège du NPA attention : il n’y pas de Transports en Commun Lyonnais le 1er mai ! La manif va de J. Macé à Bellecour Macron essaye de redorer son blason en s’appuyant sur l’incendie de Notre-Dame. Il nous appelle à l’Union nationale, à « retrouver le fil de notre projet national », ramenant les revendications sociales à la « la politique et ses tumultes »... Il essaie de faire oublier qu’il détruit nos conditions de vie et de travail en cassant les services publics, en particulier celui de l'éducation, alors que l’incendie de Notre-Dame est avant tout le résultat de la pénurie budgétaire, du manque d’entretien des monuments historiques. Il laisse le grand patronat s’enrichir... et apparaître généreux en donnant des miettes pour reconstruire la cathédrale, des miettes en réalité payées par l’État puisqu’elles sont déductibles des impôts ! Enfin, il méprise la mobilisation des Gilets jaunes et des salarié·e·s, notamment de l’Éducation nationale, dans les entreprises, en lutte contre les attaques gouvernementales, contre les licenciements et la précarité. Ne pas laisser Macron nous tromper La vieille tactique - se servir d’un drame pour faire croire à des intérêts communs entre les plus riches et le monde du travail - ne fonctionne plus, les gouvernements précédents l’ont trop usée. Il n’y a pas un pouce à céder à ce gouvernement, d’autant plus que dans le même temps, celui-ci réprime les libertés publiques comme jamais. Ainsi, lors du 23e Acte des Gilets jaunes, un nouveau cap a été franchi en s'attaquant aux journalistes. La police a commis des violences directes contre eux : certains ont été directement visés par des LBD, d’autres arrêtés pour « violences ou dégradations », une caméra étant qualifiée d’« arme par destination »... Cette répression intervient alors que les mobilisations continuent et tentent de converger : celle des Gilets jaunes qui continue ; dans l’Éducation nationale contre la loi Blanquer qui vise à décupler la sélection sociale et à précariser les personnels ; contre les licenciements, en particulier dans l’automobile ; pour les salaires dans les entreprises, faisant écho à la mobilisation des Gilets jaunes pour le pouvoir d’achat. Se saisir des dates de mobilisation pour faire plier le gouvernement Chaque samedi, les Actes des Gilets jaunes jouent un rôle capital de contestation contre le gouvernement et le patronat...

Solidarité avec les JST (Jeumont) en grève sur les salaires à Lyon 8ème

Barbecue mercredi 17 avril à partir de 12h et bienvenue aux soutiens 24h sur 24 sur le piquet de grève 105, rue Prof. Beauvisage à Lyon 8ème (métro Mermoz ou tram T4, station CISL Beauvisage) Communiqué de la CGT JST : "JST Transformateur, dernière grosse usine du 8ème arrondissement lyonnais et dernière usine française qui fabrique des transformateurs très hautes tension, mais aussi les transformateurs traction pour les TGV , Alstom, Bombardier, etc, subit depuis des années les foudres du patronat à travers son PDG Eric Lajus qui est aussi vice Président de L UIMM Lyon France (syndicat patronal de la métallurgie) . Depuis le rachat par une holding et la création du groupe JST Groupe, JST Transformateurs maison mère ne cesse de voir son cas s’aggraver . Organisation catastrophique. Management hors du coup. Politique sociale et salariale désastreuse. Jusqu’au-boutisme de notre PDG à la Macron et voir parfois digne d une dictature. Cette année encore, face à des Négociations Annuelles Obligatoires catastrophique, nous avons décidé d’entamer un mouvement de contestation suivi par une soixantaine de salariés depuis mardi 2 car les limites ont été franchies . Nous nous devions de taper très fort . Aujourd’hui, et depuis mardi 2/04, nous nous relayons 7j/7 et 24h/24 au 105 rue professeur beauvisage 69008, et gênons le départ de trois transformateurs pôle nucléaire pour la centrale nucléaire de tricastin . Ils sont bloqués puisque les 3 doivent partir en barge depuis le port Édouard Herriot et 2 sont toujours bloqués sur le site. Il ne s’agit pas seulement de pouvoir d achat , il s agit de maintient des acquis , de voir ce PDG partir et de changer de direction afin de partir sur des bases saines et sereines et surtout c est maintenant pour tous les grévistes une histoire de dignité ! Marre de courber l échine."

Rassemblement mercredi 17 avril de soutien aux grévistes de Pizzorno victimes de la répression

à partir de 9h45, devant le Tribunal 67, rue Servient à Lyon 3ème (métro Guichard) Communiqué du syndicat Solidaires 69 : "PIZZORNO REFUSE LE DIALOGUE ET CONVOQUE DES SALARIE-ES EN JUSTICE ! PIZZORNO refuse de nouveau l’ouverture de négociations. La seule réponse de la direction est la répression judiciaire face à la légitime colère des salarié-es grévistes. En effet, 10 salarié-es de la société PIZZORNO, dont deux délégués syndicaux, ont été convoqué-es devant le tribunal de grande instance de LYON pour participation au piquet de grève. C’est une attaque inacceptable contre le droit de grève. Nous exigeons toujours l’ouverture de négociations pour sortir de ce conflit par le haut. Nous demandons à Monsieur le Préfet de Région, à Monsieur le Président de la Métropole, aux élu-es métropolitains ainsi qu’aux élu-es des communes de la métropole d’agir auprès de la direction de PIZZORNO le plus rapidement possible. En conséquence, nous appelons à un rassemblement en soutien aux salarié-es impliqué-es par cette procédure. L’audience se déroule demain Mercredi 17 avril 2019 à 10 H Rassemblement devant le 67 Rue Servient, 69003 Lyon à partir de 9H45 ! Pour suivre de près l’actualité des PIZZORNO : https://twitter.com/solidairesrhone Pour soutenir les grévistes : vous pouvez envoyer un chèque à Solidaires Rhône, 125 rue Garibaldi, 69006 Lyon. Merci d’indiquer au dos : "Solidarité Pizzorno" ou sur leetchi : https://www.leetchi.com//fr/c/5odaMn3r rappel : Les salariés demandent l’ouverture de véritables négociations avec la direction de la société. Qu’elle entende la souffrance du personnel découlant de l’organisation du travail au lieu de répondre par un traitement sécuritaire à leurs revendications légitimes. Les salariés n’oublient pas la responsabilité du donneur d’ordre, la Métropole de Lyon, et appelle à une manifestation lundi 15 avril 2019 devant le siège de la collectivité territoriale. Habitants, travailleurs et citoyens excédés par les déchets qui s’accumulent, inquiets du traitement sécuritaire réservé à ce conflit et en colère face à l’inertie de la Métropole et de la direction de Pizzorno venez soutenir les salariés lors de ce rassemblement. De nos conditions de vie au travail, dépendent aussi vos conditions de vie dans vos quartiers. »

Manif lundi 15 avril à 11h en soutien aux éboueurs de PIZZORNO

devant le Grand Lyon 20, rue du Lac à Lyon 3ème (métro Part Dieu) Communiqué du syndicat Solidaires 69 : « Le délinquant patronal PIZZORNO fait appel à la police Le 9 avril, la société Pizzorno a fait appel à la police qui est intervenue en nombre pour déloger les grévistes pacifiques soutenus par une vingtaine de gilets jaunes et autant de syndicalistes. Une trentaine de policiers en civil et en tenue est intervenue afin de déloger les salariés et leurs soutiens de cette entreprise de transport de déchets ménagers qui sont en grève pour leurs conditions de travail depuis le 2 avril. Aussi instrumentalisée par cet employeur délinquant multirécidiviste la police a repoussé les grévistes pendant que des camions bene sortaient de la société avec parfois des équipages exclusivement composés de salariés intérimaires et pour certains embauchés pour remplacer les salariés en grève en toute illégalité. Déjà un grave accident du travail ayant pour victime un intérimaire à eu lieu à Villeurbanne, le 4 avril. Pizzorno n’en tire aucune conséquence et récidive. Ainsi, la police s’est, par la force des choses, rendue complice de Pizzorno dans ces entraves caractérisées à l’exercice du droit de grève. Pour mémoire des salariés ont été menacés pendant le préavis afin qu’ils renoncent à exercer ce droit. Puis la grève ayant débuté Pizzorno a fait appel à un huissier de justice pour intimider les salariés grévistes en les pointant. Des plaintes sont en cours de dépôt auprès du procureur de la République pour faire condamner les responsables de ces atteintes à ce droit constitutionnel qui sont passibles du tribunal correctionnel. Les salariés demandent l’ouverture de véritables négociations avec la direction de la société. Qu’elle entende la souffrance du personnel découlant de l’organisation du travail au lieu de répondre par un traitement sécuritaire à leurs revendications légitimes. Les salariés n’oublient pas la responsabilité du donneur d’ordre, la Métropole de Lyon, et appelle à une manifestation lundi 15 avril 2019 devant le siège de la collectivité territoriale. Habitants, travailleurs et citoyens excédés par les déchets qui s’accumulent,...

Manif samedi 13 avril à 13h pour la LIBERTE DE MANIFESTER !

et l'ABROGATION DE LA LOI ANTI-MANIFESTANTS "Si la loi est votée par le Parlement au nom du peuple français, elle ne peut et elle ne doit pas porter atteinte à la libre expression du peuple. La proposition de loi adoptée par l’Assemblée nationale qui prétend encadrer le droit de manifester reste, malgré la censure du Conseil constitutionnel, une atteinte grave aux libertés publiques et à l’équilibre des pouvoirs. Participer à une manifestation ne saurait pas plus signifier le risque pour tout individu d’être poursuivi, fiché et condamné pénalement comme financièrement. Soumettre les participants et les participantes à une manifestation à une fouille systématique, faire d’un visage en partie couvert un délit, persister dans l’usage d’armes qui mutilent, voici l’esprit et la lettre de mesures qui sont autant d’empêchements à l’exercice d’un droit essentiel en démocratie : celui de manifester publiquement, collectivement et pacifiquement son opinion. Cette loi de circonstance porte un lourd risque d’arbitraire des gouvernements d’aujourd’hui comme de demain. Nous en demandons l’abrogation. C’est pourquoi nous appelons à manifester partout en France le samedi 13 avril 2019. Alors que depuis des mois, une grave répression touche les manifestants, ce samedi, à Lyon, la préfecture annonce l’interdiction de défiler dans certaines zones de la ville. C’est ainsi qu’une modification de parcours nous été imposée. UNE RAISON DE PLUS POUR MANIFESTER NOMBREUX, A LYON, COMME PARTOUT EN FRANCE, LE SAMEDI 13 AVRIL A 13 H DEPART : PLACE LOUIS PRADEL (Lyon 1er – Métro Hôtel de Ville)" LIGUE DES DROITS DE L'HOMME (LDH69), UD-CGT69, LIBRE PENSÉE DU RHÔNE, MOUVEMENT ENSEMBLE! 69 (E!69), NOUVEAU PARTI ANTICAPITALISTE (NPA), PARTI OUVRIER INDÉPENDANT (POI), PARTI DE GAUCHE DU RHÔNE, UD-CNT 69, SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE-Section de Lyon, FRANCE INSOUMISE, ATTAC69, PLANNING FAMILIAL, SOLIDAIRES RHÔNE, COMMISSION JUSTICE DES GILETS JAUNES DES ASSEMBLEES DE LYON, PARTI COMMUNISTE FRANCAIS (PCF), GROUPE DE RÉFLEXION ET D'ACTION MÉTROPOLITAINE (GRAM), GROUPE GRAINE D’ANAR (FÉDÉRATION ANARCHISTE).
S'abonner à Mobilisations