Vous trouverez 1782 documents d'archives en ligne

Vous êtes ici : Accueil >> Parti ouvrier internationaliste (1942-1944) >> Journaux >> Zeitung für Soldat und Arbeiter im Westen >>
Zeitung für Soldat und Arbeiter im Westen
- n° 2
- Date : Eté 1943

Contenu :

(…) Je suis revenu de permission il y a quelques jours et je suis bouleversé par la situation en Allemagne. Tout ce que j’ai vu n’est pas facile à décrire.

Tout d’abord, ma ville natale est complètement détruite. Il ne reste que bien peu de maisons espace – on peut les compter – qu’il soit encore habitable, et seules quelques-unes ont été jusqu’ici épargnées par les bombes. Ensuite, le moral de la population. On peut à peine s’imaginer ce qui s’est passé. Nos femmes et nos filles ont été complètement corrompues moralement par les nombreux ouvriers étrangers. (…) Et puis il y a les trafiquants, il s’installe presque ouvertement dans les rues pour faire leur marché noir et propose avec des majorations de prix de 500 ou 1000 % leur sale marchandise. La situation est donc catastrophique en Allemagne. Que le sentiment général se dégrade de jour en jour cela éclaire pour tout le monde. En bref, le peuple veut une fin (…) de la guerre camarades, la quatrième internationale m’a montré le chemin, vous aussi vous pouvez participer et apporter votre contribution pour terminer sans délai la guerre.

Écoutez-moi, car pour vos femmes et vos enfants, cela ne va pas mieux au pays venait à nous, rejoignez la quatrième internationale. Nous luttons pour la paix – la liberté – le pain. Un soldat allemand

Est-ce que cela peut continuer ainsi ? Ma femme, mes enfants aussi, écrit lettre sur lettre pour se plaindre, et l’on n’y peut rien, on ne peut même pas se consoler soi-même en se disant que la fin de la guerre est proche. On a le cœur serré quand on lit ou qu’on entend cela. C’est pourquoi je suis d’avis qu’il faut mettre un terme à cette abominable guerre. En fin de compte, nous autres soldats du front, nous pouvons faire quelque chose pour ça. Je connais un moyen sûr, qui est bon aussi pour vous. Tout seul, je ne peux rien, mais vous pouvez y coopérer, y travailler. Écoutez bien, et réfléchissez bien à ce qui suit. Je suis membre de la Quatrième internationale, et je travaille en priorité à mettre fin à la guerre. Nous luttons contre le capitalisme, pour la fraternisation du monde entier. En luttant pour cet objectif, nous rendons impossible qu’un État, quel qu’il soit, gouverne ou exerce sa dictature en Allemagne, qu’il en résulte une partition du pays et que des impôts superflus soient prélevés pour un côté ou un autre, etc. camarades, cette quatrième internationale veille à ce que personne n’est à craindre une autre vie, encore pire.

Pensez à vos femmes et à vos enfants. Pensez à une paix véritable et (…). Ne voulez-vous pas (lutter pour cela ?). Rejoignez la Quatrième internationale. Un camarade

Le (prolétariat ?) affamé et martyrisé de l’Europe ne peut imposer une (fin ?) rapide à sa détresse que s’il rompt totalement avec l’impérialisme mondial, s’il évite toute collaboration avec sa propre bourgeoisie et rejette la prétendue « union sacrée » de Staline. La liquidation du fascisme par la liquidation du capital.

La liberté réelle par la dictature du prolétariat. C’est seulement sous le drapeau de la Quatrième internationale que les masses pourront imposer cela dans le monde entier, en Allemagne, en Pologne, en Espagne, en Belgique (…), En Grèce et avant tout (…) En Italie et en France (…) les sections de la Quatrième internationale (…) pour l’élargissement (de la lutte ?) le socialisme en Europe, avec la révolution du prolétariat dans le monde entier. Quatrième internationale

Camarade !

Il est un peu difficile de bien comprendre tout cela en un instant, mais au fond c’est tout à fait simple. Ce ne sont que de bien petit mot d’ordre de la Quatrième internationale. Vous voyez ci-dessus les petits dessins, qui sont censés représentés nos capitalistes d’Allemagne. Ils sont pas nombreux, mais ils comptent parmi les plus gros. De ces capitalistes, il y en a des centaines qui ont pour but de remplir toujours plus leur porte-monnaie avec notre argent. Le gouvernement plie sous leur joug et se doit de faire la propagande nécessaire pour ces chiens capitalistes. Pour la (Prolongation ?) de la guerre, pour un armement supérieur, etc. Est-ce que nous soldats, nous voulons combattre pour ces gens ? Non. Réfléchissez-y bien. Rejoignez la Quatrième internationale.

Lutter pour la paix – la liberté – le pain


Traduction de Jean-Jacques Bonhomme, tiré de "La Vérité, 1940/1944, journal trotskyste clandestin sous l’occupation nazie. Fac-similé. Editions EDI. 1978"

Cliquez sur les icônes ci-dessous pour lire ces fichiers.

RaDAR | Rassembler, diffuser les archives de révolutionnaires

Automobile | PTT | Arsenaux | SNCF | RATP | EDF/GDF | Santé | Métalurgie | Banques | Industrie | Fonction publique |


DVD "Archives Rouge n° 2"

Ce coffret DVD est le fruit d’un long travail : plus de 6 mois de numérisation, de lecture de tous les articles de tous les numéros de Rouge, d’une indexation complète et de création d’une interface simple. Vous pourrez ainsi vous balader au cœur des grands évènements politiques, culturels, musicaux... du milieu des années 70, au travers de la lecture de Rouge, du numéro 212 (juillet 1973) au numéro 337 (mars 1976).

L’index interactif répertorie près de 1500 mots-clés : des noms d’entreprises, des noms de villes et de pays, des noms propres, des noms d’associations et de partis politiques et contient près de 8 000 entrées.

Dans ce coffret, il y a aussi deux films :
- Sétubal ville rouge, réalisé par Daniel Edinger et Michel Lequenne. Ce film relate l’expérience révolutionnaire des habitants de cette ville portugaise située à quelques kilomètres de Lisbonne.
- La grève au Joint français, produit par Cinéma Rouge, qui revient sur cette lutte qui s’est déroulée à Saint-Brieuc entre le 13 mars et le 8 mai 1972.

=> 25 euros


Aller à la boutique

L’un des buts de notre association est de collecter les archives de notre courant pour les numériser et de les mettre en ligne. Alors si vous disposez d’archives, nous en ferons un bon usage et vous ferez de la place chez vous.

Vous pouvez télécharger la liste en cliquant ICI

RaDAR est une association qui a pour but de collecter, de rendre accessible, de mettre en valeur les archives papiers, audios, vidéos, générées par l’activité des militants révolutionnaires des origines à 1920, en passant par celle des révolutionnaires du Parti communiste (1920 à 1928), puis de la genèse de la Quatrième Internationale (1928-1938), à la création de sa section française, mais aussi de nombreux groupes marxistes révolutionnaires.

Pour réaliser les objectifs de l’association, ses adhérents :
- achètent, collectent et numérisent des documents,
- mettent régulièrement à jour ce site,
- réalisent des films originaux et des documents audios, ainsi que des DVD regroupant des archives au format PDF en vente ICI

Vous pouvez nous contacter en cliquant ICI

Soutien annuel de 10 euros (ou plus). CLIQUEZ ICI